Ville de Zanzibar

Nichée sur l’île d’Unguja, Zanzibar City est une ville chargée d’histoire classée au patrimoine de l’Unesco. Ses plages, son port aux boutres colorés et son architecture coloniale en font une station estivale à la mode.

Zanzibar City, une cité coloniale aux multiples facettes

Venir à Zanzibar City, c’est partir à la découverte d’une ville métissée et cosmopolite qui captive par son passé. De l’époque coloniale portugaise, il subsiste une forteresse imposantel’Old Fort - qui fait la fierté de Zanzibar. De la domination arabe, Zanzibar a hérité la culture et la production d’épices, une tradition de longue date qui a végétalisé le paysage. Le mélange des influences se reflète clairement à Stone Town, ce dont tout voyageur se rendra compte lors d’une balade dans la vieille ville, qui est bâtie dans la pierre de corail. En passant d’un monument à l’autre, vous conviendrez que Zanzibar est un musée, un livre d’histoire à ciel ouvert.

Une fois la visite patrimoine terminée, enfoncez-vous dans les médinas, goûtez aux tentations gourmandes et profitez d’un coucher de soleil sur le port. Le dépaysement est garanti à Zanzibar City, la quatrième ville d’Afrique en nombre de visiteurs.

Histoire de la capitale

Avant l’immigration blanche, la capitale de Zanzibar n’était qu’une petite communauté de pêcheurs. Elle doit son plan d’urbanisme aux ambitions colonialistes du Portugal, de l’Empire ottoman et de la Couronne britannique.

En 1503, les Portugais prirent les îles d’Unguja et de Pemba par l’épée et y installèrent un comptoir. La fondation d’une église catholique dans le quartier de Stone Town est un signe de l’autorité coloniale. Lorsque le sultan d’Oman s’est emparé du pouvoir vers la fin du xviie siècle, sur l’accord de la haute bourgeoisie, ils ont intensifié l'exportation des épices. La réputation de l'île aux épices a franchi les océans pour ses clous de girofle. Les princes ottomans ont bâti des palais à harem, des mosquées et des halles somptueuses, sans compter la vieille forteresse destinée à repousser les attaques occidentales. Le pillage des richesses a été poursuivi par les Britanniques, qui se hâtèrent d’intervenir en faveur des esclaves lorsque ceux-ci ont mené une révolte populaire.

En abolissant l’infâme traite négrière en 1897, les Britanniques se sont arrogé le droit de monopoliser le trafic portuaire de Zanzibar à travers un régime de protectorat. Si les conditions de vie des esclaves s’étaient nettement améliorées, il n’en subsistait pas moins des inégalités criantes entre la classe bourgeoise, les paysans et les familles d’esclaves affranchies. Il suffit, pour s’en rendre compte, de contempler les résidences luxueuses aux murs de corail qui côtoient les maisons à toit de paille des métayers. La loi condamnant désormais la traite des esclaves, les colons omanais ont vu leur revenu se volatiliser. Beaucoup de propriétaires rentiers se sont alors lancés dans le commerce, rejoignant les Perses et les Indiens. Le pouvoir du sultanat s’est considérablement affaibli, même si la Grande-Bretagne lui a donné carte blanche dans la gestion des affaires politiques.

Après une révolution meurtrière de 1964, le sultanat fut contraint d’abdiquer. Zanzibar City devint la nouvelle capitale de l’archipel indépendant.

Aujourd’hui

Pétrie de diverses influences, Zanzibar City est une ville d’art et d’histoire qu’il ne faut pas manquer. Elle se situe sur la côte ouest de l’île Unguja au large de l’océan Indien. Sa population est estimée à 205 000 habitants répartis dans une vingtaine de quartiers.

À voir et à faire à Zanzibar City

L’attraction numéro un de Zanzibar City est son centre historique, Stone Town, que l’Unesco qualifie de « remarquable exemple de ville commerçante swahilie ». La ville de pierre accueille un rassemblement unique d’édifices au goût architectural d’Arabie, d’Inde, de la Perse et de l’Europe occidentale.

Débutez la journée par le « tour spice », une visite des fermes agricoles locales. Découvrez les étapes de production du girofle, de la vanille et du poivre noir.

Les monuments de Zanzibar

De là, flânez dans les ruelles étroites en gardant l’œil ouvert sur les principaux monuments :

Old Fort (Le Vieux Fort)

Enserré de murailles impressionnantes, le Vieux Fort fut témoin de la défaite des Portugais face aux troupes du sultan Al-Busaïd. Il a changé de main à neuf reprises au cours des vicissitudes de l’histoire. Le gris orange de la façade se découpe merveilleusement sur la mer.

House** **of Wonders (le palais des Merveilles) 

Construit en 1882, le palais des Merveilles est une folie des grandeurs des sultans d’Oman. Pour vous en donner une idée, c’est le premier bâtiment de Zanzibar à être équipé d’un ascenseur et d’une installation d’électricité.

Palace Museum (le musée du Palais) 

Avec sa maçonnerie rehaussée de merlons, le Palace Museum compte parmi les plus célèbres monuments de Zanzibar City. Il se dresse entre le Dispensaire et la Maison des Merveilles.

L’Ancien Dispensaire

Ce bâtiment a été commandé en 1887 par un riche affairiste swahili pour célébrer le bicentenaire du règne de Victoria.

La cathédrale Saint-Joseph

Datant de la fin du xixe siècle, cette église catholique est l’œuvre des missionnaires français qui ont profité de la colonisation pour évangéliser la population. Les murs à l’intérieur dépeignent des personnages de l’Ancien Testament.

La basilique anglicane Christ Church 

Un projet de restauration en 2014 a donné un air de jeune à cette basilique du xixe siècle, qui marie subtilement les éléments gothiques aux motifs sculpturaux importés d’Arabie et du Moyen-Orient. La basilique est élevée à la mémoire de David Livingston, dont le courage et le dévouement ont été déterminants dans la mise en liberté des esclaves.

L’ancien marché aux esclaves

Tout près de la cathédrale anglicane se tient le marché aux esclaves. La visite peut se trouver assez émouvante.

#### Changuu Island Familièrement appelée **« île de prison », l'[île de Changuu est pour ses tortues géantes un but de promenade populaire.

En fin de soirée, le besoin de détente amène les locaux et les étrangers dans les jardins de Forodhani. Des marchands étalent des poissons grillés et des brochettes de crustacés. Le parc se situe juste à côté du fort arabe.

Pour ajouter une touche de romantisme à votre séjour, offrez-vous une promenade en bateau sur le port.

Les délices culinaires

Profitez de votre séjour à Zanzibar City pour tester les saveurs authentiques de l’île : le riz basmati, le byriani ou l’ugali, le plat national des habitants d’Afrique australe, et bien plus encore. Les spécialités zanzibarites sont variées, mais avec un point commun : l’utilisation d’épices, de légumes et de produits de la mer.

Infos pratiques

Meilleur moment pour partir

Si vous comptez profiter des plaisirs balnéaires ou faire de la plongée après la visite culturelle à Stone Town, venir l’été est un bon plan.

Comment s’y rendre ?

L’avion est le meilleur moyen de gagner Zanzibar City si vous ne souhaitiez pas séjourner en Tanzanie. Des vols directs à destination de Zanzibar sont nombreux au départ de Paris. L’avion décolle à l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle et atterrit à l’aéroport de Kisauni. Comptez 18 heures de vol en moyenne.

Le trajet jusqu’à l’hôtel exige de recourir à un dalla-dalla ou à un taxi. Le dalla-dalla qui dessert le centre-ville porte le numéro 505. Très abordable (500 tsh, soit moins de 20 centimes d’euros), mais avec une foule écrasante. Pour un peu moins de 10 euros, il est préférable de héler un taxi.

Dans les environs

La visite de Zanzibar City demande au moins une journée pour faire le tour de toutes ses richesses. En quittant la capitale, d’autres sites touristiques sont à voir : le parc national de Jozani, les bains royaux de Kidichi, le sanctuaire marin de Chumbe, ou encore la station balnéaire de Nungwi pour ceux qui aiment la vie nocturne.

9 photos
Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Carlo de "Galago Expeditions". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
+33 0984579518